Camerfeeling
Camerfeeling lance sa première radio 100% culture. News and Culture from Cameroon.
Charlotte

MUSIQUE


Charlotte Dipanda à l’Olympia: succès retentissant !

Vous tes ici >> Accueil/Les Dossiers/MUSIQUE /Charlotte Dipanda à l’Olympia: succès retentissant !
Charlotte
Charlotte Dipanda à l’Olympia: succès retentissant !

Charlotte Dipanda à l’Olympia: succès retentissant !

13/09/2016 - Lu 1610 fois
  • Note moyenne : 1.73/5
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Note moyenne : 1.7/5 (11 notes)


Salle pleine, voix divines, chorégraphies bien trouvées, musiciens au top, invités de marque. Une première réussie dans le mythique music-hall de Paris.

 

A chaque parole, chaque refrain, Charlotte Dipanda savoure l’instant présent. Après trois albums, sa jeune carrière prend cette nuit du 10 septembre 2016, une sacrée secousse. Elle est en tête d’affiche à l’Olympia Bruno Coquatrix de Paris, temple international de la culture, de la facétie, du rêve. Comme cette petite figurine au centre d’une boîte à musique qui tournicote lorsqu’on active la manivelle, la chanteuse camerounaise apparaît à la lumière des projecteurs, devant une salle comble. Oui, elle a tenu son pari et chante à guichets fermés.  
Symbole fort, Guy Nsangue Akwa, bassiste de génie, par la magie de son instrument, introduit le spectacle avec classe. La mise en bouche est consommée et Charlotte peut se lancer avec « Mouanyang ». Sa voix, plus angélique que jamais, se pose avec naturel sur les notes de musiciens au sommet de leur art : Julien Pestre (chef d’orchestre) et Colin Laroche de Feline à la guitare, Jean Alain Hohy à la basse, William Ombe (batteur), Ze Luis Nascimento (percussions), Alexandre Millet (claviers), Valentine Duteil, Clément Janinet, Aurélien Guyot et Boris Lamerand (violons et violoncelle). 
Pour son grand soir à l’Olympia, on découvre une nouvelle Charlotte. C’est qu’elle a du bagou. Voilà qu’elle tchatche avec le public. Spectacle interactif, pour ces hommes et femmes qui reprennent en chœur les paroles des morceaux interprétés. « Ndolo Bukatè » sera d’ailleurs quasiment chanté par les spectateurs. « Vous m’impressionnez », reconnaît-elle, émue. Les mélodies ne sont pas le seul fort de Dipanda. La danse aussi. Sur trois chansons aux chorégraphies extirpées de l’univers burlesque de Merlin Nyakam : « Kénè So », « Toma Me » et « Eyaya », Charlotte D. se déhanche, démontrant qu’elle n’a pas seulement une belle voix. Elle peut aussi bouger. L’Olympia, ça vous change une femme. 
Des invités généreux
Quand le rideau se lève à 20h (19h au Cameroun), la première à se jeter à l’eau, c’est la Congolaise Malaïka Lokua fille de son père. Elle sert trois chansons sans soulever les foules. Mais à sa suite, Sanzy Viany, en 20 minutes et avec le même nombre de titres a fait de cette première partie du spectacle, un « Spectacle » grandeur-nature. De la puissance, de l’énergie, de la brillance. Au final ? Un public fourni d’originaires du Littoral Cameroun et d’occidentaux qui se met à bredouiller de l’Eton ! Salve d’applaudissements pour la jeune chanteuse. Elle le mérite bien. Sanzy Viany claque sur cette scène de l’Olympia, tel un rayon de soleil. On vous a dit que son prénom signifiait « soleil » ? Oui. Pas de secret. 
Au cœur du concert, alors que la température (musicale, cela s’entend) atteint des pics, Kareyce Fotso fait son entrée, pour une reprise en gomalah de « Coucou », un des classiques de Charlotte Dipanda. Kareyce a prévenu : cette nuit, le duala va prendre de la fraîcheur de l’Ouest. « Sita Charlotte, merci de m’avoir invitée et de valoriser ainsi la culture de notre pays », confie-t-elle à la star de la soirée, avant de fondre en larmes dans les bras de Dipanda. Séquence-émotion, mais pas besoin de sortir les mouchoirs, car Charlotte Dipanda a parié : « Je ne pleure pas ce soir. » 
Il y a eu plusieurs chanteuses samedi dernier à l’Olympia. La présence de timbres masculins était la bienvenue. Eric Virgal surgit avec un vent de sensualité pour accompagner Charlotte D. sur leur morceau zouk « Je me souviens de son visage », quand Ben Decca débarque en « rock star » (ses admirateurs et admiratrices ne tenant plus en place), pour une interprétation de « Osi Dimbea ». Dipanda dans la peau de Grace Decca. La « fille », pas la sœur de l’autre, mais toujours autant de générosité sur ce duo émouvant. 
Après deux heures et trente minutes de scène, Charlotte Dipanda dit au revoir. « Je me battrai toujours jusqu’à mon dernier souffle pour vous satisfaire. Il y a eu un avant-Olympia et il y en aura un après », déclare-t-elle. Sur le plan artistique, rien à redire. Charlotte Dipanda a offert un spectacle réussi. Sur le plan organisationnel, par contre, (mauvaise gestion de la presse…), son équipe accuse un énorme bémol. Des erreurs logistiques à régler à l’avenir, pour que la première de Dipanda dans le mythique Olympia, ne soit pas la dernière. Le public de Paris est parti ravi.

Monica NKODO | 13-09-2016 11:10


http://www.cameroon-tribune.cm/
 



charlotte dipanda | makossa | kareyce fotso | ben decca | olympia | concert

Les Commentaires

1 commentaire - Montrer | Rdiger
Partager cet article wikio : Partager cet article | digg : Partager cet article | del.icio.us : Partager cet article | facebook : Partager cet article | scoopeo : Partager cet article | blogmarks : Partager cet article | additious : Partager cet article |
Partager les derniers articles Netvibes : Partager les derniers articles | iGoogle : Partager les derniers articles | My Yahoo : Partager les derniers articles | wikio : Partager les derniers articles | RSS : Partager les derniers articles |